19 juin 2012

Les heritiers du roi Mathias a Goma (RDC)

À Goma, Dans le cadre de la commémoration de la Journée internationale de l’enfant africain, les enfants des centres pour enfants 
Children’s Voice de Virunga et Bujovu vous invitent à découvrir…

le jeudi 28 juin 2012 à 10h00

leur spectacle de théâtre agrémenté de poésie, chants et danses,
librement adaptée 
du célèbre roman
« Le Roi Mathias Ier » de Janusz KORCZAK :

Les enfants du roi Mathias

Dans la grande salle Korczak du Centre Children’s Voice de Virunga
Ancienne enceinte Caraccolini
Goma, Nord-Kiwu République Démocratique du Congo (RDC)



Invitation de Mathias a Goma RDC
Cliquez pour voir l'invitation

En présence de nombreux invités et devant les autorités, les enfants raconteront l'histoire du petit roi réformateur qui voulait apprendre la démocratie aux enfants de son pays. Ils se sont courageusement préparés pour dire à leur tour — en tant qu’enfants africains —, ce que Mathias représente pour eux, le rôle, les décisions qu'il devrait prendre aujourd'hui et ce que devraient faire les gouvernants s'ils voulait bien les écouter un peu pour construire un monde meilleur !

Ce spectacle est le fruit d’un travail de six mois sur le roman de Korczak dans le cadre du programme international franco-polonais Mathias-2012 lancé par l’Association française Janusz Korczak (AFJK) à l’occasion de l’Année Janusz Korczak proclamée par la Pologne pour rendre hommage au grand éducateur fondateur des droits de l’enfant. Il s’agit d’un programme socio-éducatif et culturel visant à favoriser l’apprentissage de la citoyenneté et de la démocratie à travers le théâtre et le journalisme, inspiré par l’œuvre littéraire pour enfants de Janusz Korczak (1878-1942), écrivain, médecin et éducateur polonais considéré comme le père spirituel de la Convention internationale des droits de l’enfant.

Envoyez un message ou un dessin
aux enfants de Mathias à Goma !
"childrenvoice [-] hotmail.com"

Aucun commentaire:


Children’s Voice, Goma, RDC - http://children-voice.org « Protéger l’enfant à tout prix »