17 avril 2012

RDC, l'apparition du roi Mathias Ier - gouvernement des enfants

Première sortie publique le 25 mars 2012
C’est lors de l’Assemblée Générale de Children’s Voice que la pièce "Le roi Mathias Ier" a fait sa première sortie publique à Goma, en République Démocratique du Congo.

L’impasse :

« Le Premier ministre mit ses lunettes et demanda :
— Que se passera-t-il si le roi ne guérit pas ?
— Je sais, répondit le ministre de la Justice. Conformément à la loi, après la mort du souverain, le dauphin accède au trône et gouverne. Pour cette raison, on l’appelle Prince héritier. Si le roi meurt, son fils héritier doit s’asseoir sur le trône.
— Mais le roi n’a qu’un seul fils !
— Cela suffit
— Surement ! Mais le fils du roi, c’est le petit Mathias. Comment peut-il devenir Roi, Mathias ne sait même pas écrire ! »
    Ainsi commence l’histoire de Mathias, un enfant qui, malgré son très jeune âge se voit hériter le trône d’un grand royaume à la mort de son père, roi, quelque temps après celle de sa maman. Alors que le roi agonise dans son lit de malade, peu avant sa mort, le gouvernement, en discussion, fait polémique quant à la capacité de Mathias à diriger le royaume.

    Vive notre roi Mathias Ier !

    Écrit par le docteur polonais JANUSZ KORCZAK, père spirituel des droits de l’enfant — et dont la salle qui a accueilli le spectacle porte le nom —, ce roman vient d’être merveilleusement mis en scène ce 25 mars par une troupe d’enfants et d’adolescents évoluant dans les centres Virunga et Bujovu de l’ONG Children’s voice à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, à l’est de la République Démocratique du Congo (RDC).


    Devant une audience nombreuse composée des enfants des deux centres, des autorités politico-administratives dont le Maire de la ville, des bourgmestres de communes, des chefs des services publiques de protection de l’enfant et de la femme, une dizaine de chefs de quartiers, des représentants d’ONG et agences de protection de l’enfant venus célébrer en pompe les huit ans de travail ardent de Children’s voice au service de la communauté, à l’occasion de son Assemblée générale, la trentaine d’enfants acteurs, comédiens et danseurs, a savamment incarné les différents personnages du roman "Le roi Mathias Ier".

    Dans un décor adapté, sous la conduite du Premier ministre, les ministres ont des avis divergents et mesurent, chacun selon son secteur, le potentiel de Mathias à la lourdeur du travail qui l’attend. « — Il ne sait ni lire, ni écrire, ni compter ! » dit le ministre de l’Éducation nationale ; « — Il ne saura jamais s’imposer devant les grands généraux, avec sa petite taille » renchérit le ministre de la Guerre ; « — Nous allons avoir des grèves en permanence » lâche le ministre de l’Intérieur.

    Si les ministres doutent de la compétence du très jeune Prince héritier, c’est sans connaître le génie et la minutie dont fera preuve le roi Mathias Ier. Après les funérailles du roi, les notables de la cour royale procèdent aux cérémonies traditionnelles d’intronisation. Dans un accoutrement typiquement africain, les danseuses de la cours royale chantent des épopées, exhibent des danses traditionnelles dans une chorégraphie particulière, et rendent hommage au roi.


    Au milieu des deux gardiens, Mathias Ier, sari aux couleurs et zébrures de léopard — signe de pouvoir en Afrique traditionnelle noire — noué par-dessus l’épaule droite, et long collier d’ivoire (matière semblable) autour du cou, vient de porter la couronne. Une phrase épique est prononcée par le grand notable, une femme, avant qu’elle crie haut et fort : « Vive le roi Mathias Ier ! ». On entendit alors le nom du roi retentir dans tous les coins dans la salle : « Roi Mathias ! Roi Mathias ! Roi Mathias ! »

    La scène ne s’arrête pas là, deux jours avant le spectacle, deux groupes d’enfants journalistes mis à niveau toujours dans le cadre du projet international Mathias 2012, ont parcouru les rues de la ville de Goma et sa périphérie pour réaliser des enquêtes sur les violations des droits de l’enfant.

    Qu’en pensez-vous ?
    Par des micros-baladeurs, deux groupes d’enfants journalistes (l’un sur l’axe Virunga et l’autre sur l’axe Bujovu) ont promené leurs micros sur les grandes artères routières de la ville, entrain de poser des questions aux parents, enfants et autorités sur les origines, les conséquences et les pistes de solutions aux problèmes majeurs liés à la protection de l’enfant dans la ville de Goma.

    Les risques que courent les enfants face au manque d’eau et d’électricité, les violences sexuelles et autres violences basées sur le genre dont sont victimes les enfants, l’aménagement ou la disponibilité et l’accès aux espaces de jeux et de divertissement, les travaux lourds, forcés et l’exploitation économique des enfants sont là les questions qui revenaient de manière récurrente.


    Le Parlement des enfants
    Mathias veut faire de sa gouvernance, une gouvernance pour les enfants. Ainsi, organise et convoque-t-il un Parlement des enfants. Il est question pour les délégués des enfants de parler des problèmes des enfants et de proposer des recommandations.

    Mettant à profit les résultats des enquêtes effectuées par les enfants journalistes, les parlementaires d’enfants décrient, dénoncent et plaident pour que l’État prenne en main ses responsabilités et investissent d’avantage dans les services sociaux de base et pour l’amélioration des conditions de vie des enfants, leur épanouissement et leur bien-être.


    Au bout d’un moment, le roi Mathias Ier est perplexe, consterné par la pléthore des violations graves des droits de l’enfant que venaient d’exposer publiquement les parlementaires d’enfants. Face aux difficultés que connaît le royaume, aux menaces de guerre, saura-t-il améliorer l’état des choses ? Faire prospérer le royaume et gouverner réellement pour les droits de l’enfant ?

    Rendez-vous au grand spectacle Mathias au mois de juin, à l’occasion de la Journée de l’enfant africain.

    25 mars 2012
    Jeannot Kassa

    Children’s Voice, Goma, RDC - http://children-voice.org « Protéger l’enfant à tout prix »