22 juin 2011

16 juin 2011, Célébration de la Journée de l’Enfant Africain au centre Children’s Voice de Virunga à Goma, RDC




Vive l’Enfant Africain !
L’humanité vient de célébrer le 21ème anniversaire de la Journée internationale de l’Enfant Africain (JEA). A Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, à l’est de la République Démocratique du Congo, l’ONG Children’s Voice a organisé un ensemble d’activités au bénéfice de sept cent cinquante orphelins et autres enfants vulnérables (OEVs) qu’elle assiste à travers ses deux centres d’encadrement, centre de Bujovu et celui de Virunga.
Instituée depuis 1991 par l’Organisation de l’unité africaine (OUA, aujourd’hui UA : Union Africaine), cette journée commémore les tueries d’écoliers et de lycéens perpétrées par les forces de l’ordre du régime de l’apartheid, dans la banlieue de Soweto, en Afrique du Sud, le 16 juin 1976, lors de manifestations contre l’apprentissage de la langue afrikaner dans les établissements scolaires du pays.
Symbole de lutte contre l’injustice et la discrimination à l’égard des enfants, la JEA est désormais une occasion de réflexion, d’impulsion et d’engagement dans la lutte pour le respect et l’application des droits de l’enfant. Célébrée cette année sous le thème « Tous ensemble pour des actions urgentes en faveur des enfants de la rue », la JEA a connu, à Goma, des manifestations diverses dont un grand défilé organisé par des Ong locales, nationales et internationales de protection de l’enfant, l’Unicef et la Monusco, et à laquelle a activement pris part Children’s Voice à travers une délégation de vingt enfants représentant leurs condisciples des centres d’encadrement qui au même moment, vibraient au rythme des activités ludiques et récréatives préparées conjointement par les deux centres.
Une occasion de sourire pour OEVs…
Un vibrant match de football opposant les équipes des deux centres a marqué le début des manifestations qui ont eu lieu au centre Children’s Voice de Virunga. Score final : 2 – 1 en faveur de l’équipe du centre de Bujovu.
Après le match, un bref speech de la Coordinatrice devant l’immense foule d’enfants réunis dans la grande salle Janusz Korczak a accueilli le Contingent Indian Formed Police Unit (IFPU) de la Monusco conduit par son Commandant C. L. Belwa, venu célébrer cette journée avec les enfants.
Au menu, danses traditionnelles, concours de danse, poésie, chants et acrobaties furent exhibés par des enfants fougueux et talentueux sous les cris et les applaudissements de leurs compères spectateurs, oubliant pendant un moment les souffrances atroces et les traitements inhumains et dégradants qu’ils ont endurés avant de bénéficier de l’assistance salvatrice de Children’s Voice.

Dans la sale Janusz Korczak, les enfants exibent jeux et danse.

Appui de l’Indian Formed Police Unit (IFPU)
À cette occasion, le Commandant du bataillon indien a encouragé les enfants pour leurs exhibitions artistiques, puis rappelé l’origine de la JEA avant d’appeler les enfants à se faire consulter et soigner gratuitement par son équipe médicale présente sur les lieux. Et, tout feu tout flamme, la marmaille s’empressa de jouir des généreux services du bataillon indien qui a collectionné une gamme de médicaments rares et efficaces dont ont bénéficié une centaine d’enfants consultés et soignés sur le champ.
Un repas copieux et généreusement servi à tous les enfants, invités et personnels de Children’s Voice, a scellé la mémoire de l’événement.

Sur la photo, le Commandant C. L. Belwa et Christine Musaidizi distribuent la nourriture aux enfants

Le défi !
Mais hélas ! bien que "Tout est bien qui finit bien", pour ledit événement, certes, mais pour l’avenir des milliers d’enfants orphelins et vulnérables des suites de la pandémie du Sida et de récurrents conflits armés qui ont contusionné cette partie du pays, la Communauté tout entière devrait rester persuadée que beaucoup d’efforts restent encore à fournir.
Goma, 16 juin 2011

Jeannot Kassa Chargé de Communication Children’s Voice

Children’s Voice, Goma, RDC - http://children-voice.org « Protéger l’enfant à tout prix »