24 juillet 2010

L'OMS et les orphelins et enfants vulnérables de Goma


L'OMS et les orphelins et enfants vulnérables de Goma
Droit à la santé pour chaque enfant ! JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE AVEC CHILDREN'S VOICEA Goma, l'OMS, a célébré la journée Mondiale de la Santé le 07 avril 2010 au centre Children's Voice de Virunga avec plus de 500 orphelins et autres enfants vulnérables venus de la rue dont la santé était précaire.
Le poids et la taille ont été pris, les examens médicaux ont été faits et les enfants ont reçu des médicaments selon les maladies diagnostiquées. Une action fort appréciée dans le cadre de donner à chaque enfant le droit à la santé! Cette activité a été en collaboration avec la MONUC/ MEDICAL CAMP IFFPU-II.
Lancement de la journée de la santé par le Chef de bureau de la Monuc et le représentant de l'OMS chez Children's Voice. Chaque année, le 7 avril, la Journée mondiale de la Santé est célébrée dans le monde entier. Pour l'année 2010, les orphelins et les enfants vulnérables ont été ciblés par l'OMS pour souligner l'importance et le droit de chaque enfant à la santé. La journée a été ouverte par le Chef de bureau de la Monuc en présence avec le bureau de l'OMS à Goma.
Les médecins de la police Indienne et de l'armée malawite de la Monuc ont examiné les enfants. Le poids et la taille ont été pris, les examens médicaux ont été faits et les enfants ont reçu des médicaments selon les maladies diagnostiquées. La journée s'est terminée par l'offert du repas aux enfants par le camp indien de la police/Monuc.A l'est de la République Démocratique du Congo, où les guerres et les conflits armés ont fait rage, l'ONG Children's Voice encadre chaque année ; plus de 750 orphelins et autres enfants très vulnérables jadis, enfants de la rue. Ils reçoivent gratuitement une réinsertion scolaire, une formation en métier à ceux qui ont dépassé l'âge, une assistance médicale, un appui psychosocial, un environnement protecteur et une réinsertion communautaire.
7 avril 2010
Children's Voice, Goma, RDC

16 juillet 2010

RDC, Goma : les viols continuent et restent impunis


Le drame des enfants à Goma



Photo: Tiggy Ridley/IRIN
Un nouvel article accablant diffusé aujourd’hui au niveau mondial sur Internet par IRIN News, dénonce les manques de moyen de la Justice et l’impunité qui règne encore dans notre pays, malgré la loi très sévère de 2006 (20 ans de prison) et les efforts du gouvernement.

IRIN apporte de nouveaux témoignages de l’inconscience criminelle des hommes eux-mêmes influencés par tellement de mauvaises conduites (« Les jeunes hommes congolais ont peu d’exemples positifs. Ils voient le soldat ou le milicien comme un modèle [et pour eux] le modèle criminel est le plus efficace ») et il explique pourquoi la tragédie continue pour les femmes et est même en augmentation pour les enfants dans un système qui rend presque'impossible la défense de leurs droits. Aujourd'hui, seules les villes de Goma, Beni et Butembo disposent de tribunaux compétents pour juger les affaires de violences sexuelles. À la campagne, les victimes de viol n’ont presque aucune chance d’obtenir justice.

Extrait : « Les personnes accusées de viol doivent donc être emmenées à Goma, à près de 100 kilomètres de là, pour y être placées en détention et jugées – tout cela aux frais de la victime. Cette dernière devra également financer l’enquête de police et l’achat des stylos et du papier qui permettront d’enregistrer sa plainte. En outre, si l’agresseur présumé est une personnalité importante, la victime peut s’abstenir : aucune enquête ne sera menée. » [Lire l'article complet d'IRIN]

Il faut ajouter que, en constatant la très forte augmentation en ce moment des viols commis par les civils (on parle d'épidémie !), le ministre provincial de la Justice du Nord-Kivu, François Tuyihimbaze Rucogoza, avait récemment insisté sur le fait que le problème ne pouvait pas être résolu seulement par le système judiciaire : « Nous devons voir comment éduquer nos populations. Il ne s’agit pas seulement d’un problème judiciaire mais d’un problème social. Nous devons faire savoir à nos populations que le viol est un crime ». Oui mais avec quels moyens ? Le temps presse, il est urgent de prendre des mesures efficaces et de développer des campagnes dans cette direction.

07 juillet 2010

Un sourire donne espoir à un enfant !

On peut avoir plus et ne pas partager. On peut avoir peu et penser aux plus démunis ! Ce qui donne ce n’est pas la poche pleine d’argent, mais un cœur ! Un grand cœur ! Ils ne sont pas nombreux ceux qui ont ce cœur. Un cœur qui partage sans attendre une récompense ! Rares, mais il y a en à Goma.

Anny Tchomba est une fille de Goma. Chaque année elle vient au centre Children’s Voice passé son temps avec les enfants. Elle dépense une partie de son petit salaire et partage avec des enfants les plus démunis.
Mais pourquoi fait-elle cela ! Elle répond :
« J’ai perdu mes parents quand j’étais encore trop jeune. Je sais combien un petit geste d’amour rempli le cœur d’un orphelin. Juste un sourire lui donne l’espoir. Ces enfants ont besoin de se sentir porter par nous. Ils ont perdu les parents, ils ont été abandonnés, ils ont victimes de la guerre et des conflits armés. Ils ont besoin d’être soutenus. Je ne gagne pas beaucoup. Mais je me sens heureuse de partager ce que j’ai avec les enfants qui sont dans le besoin ».

Les enfants nécessiteux sont nombreux en République Démocratique du Congo. Si chaque congolais pourrait donner un centième de ce qu’il a, chaque enfant aurait une éducation et une protection. L’appui de l’extérieur serait un plus.

31 mai 2010
Christine Musaidizi

Children’s Voice, Goma, RDC - http://children-voice.org « Protéger l’enfant à tout prix »