28 mars 2008

Visite de Parlementaires européens

Le Parlement européen réagit à l’ampleur des violences sexuelles dans les Kivu



Le Parlement européen (PE) a pris récemment une position très ferme pour dénoncer l’ampleur de la violence sexuelle et son utilisation comme une arme de guerre dans la région des Kivu (voir ci-dessous sa résolution du 17 janvier 2008). Une délégation de trois députés étant actuellement en visite en République Démocratique du Congo dans le but d’enquêter sur ce grave problème, il était intéressant de pouvoir les rencontrer. Nous leur sommes très reconnaissants d’être venus aujourd’hui à Goma pour en discuter avec les représentants de la Société civile, qui est la première concernée.

À leur arrivée ce vendredi 28 mars 2008, les parlementaires européens (Jurgen Schroder et Alain Hutchinson, Johan Van Hecke étant empêché) et six membres de leur délégation étaient accompagnés de l’Assistant technique des projets de l’Union Européenne dans l’Est de la RDC. Ils ont d’abord rencontré le Parlement provincial, puis ils se sont rendus à l’Hôtel Ihusi de Goma pour auditionner les représentants des huit Organisations Non Gouvernementales de la société civile congolaise des Droits de l’Homme œuvrant à l’Est de la RDC : ASSODIP DHO et Développement, Action Sociale pour la Promotion de la Démocratie (ASPD), Children’s Voice, Conseil Économique et Social (CES), CREDDHO, Dynamique des Femmes Juristes (DFJ), Grace, Pole Institute (dans l'ordre alphabétique).

Délégation du PE

Touchés en général par la situation des populations civiles à l’Est de la RDC, ces parlementaires ont expliqué qu’ils étaient particulièrement alarmés par l’utilisation des violences et des crimes sexuels comme des armes de déstabilisation et de guerre et qu’ils voulaient se rendre compte par eux-mêmes de l’évolution de la région.
Après la présentation de la délégation, chacune de nos organisations a été invitée à décrire son action et à en faire une évaluation en termes d’impact. Puis la consultation a été organisée autour de trois questions :
  1. Le fonctionnement de la justice
  2. Les activités économiques qui ne semblent pas attirer les investisseurs étrangers alors que la province présente beaucoup de potentialités.
  3. La conférence sur la paix au Kivu et ses différentes attentes


Un constat inquiétant


Après le tour de table, on retiendra de la discussion qu’il a été remarqué les faits suivants :

Les difficultés de la justice :
La justice est en panne. D’un côté, en interne, elle est paralysée par plusieurs aspects : la corruption, l’ignorance, l’ingérence de la hiérarchie, les anciennes pratiques, l’impunité des coupables, l’absence de poursuite des malfaiteurs.
De l’autre côté, on note le manque de confiance à la justice actuelle, l’absence de protection de victimes et des témoins, l’ignorance de droits de victimes.
Mais on remarque aussi une sorte de banalisation, de normalisation des violences sexuelles. C’est au point que ni les autorités (politiques, administratives, judiciaires), ni la population ne les voient plus comme des atrocités (aucune priorité pour les combattre). Par exemple : dans les prisons, il y a beaucoup de voleurs d’objets de petites valeurs et peu d’auteurs de violences sexuelles.

Concernant les activités économiques
L’insécurité et les anciennes pratiques datant d’après l’indépendance (intéressements, détournements, corruption), ne favorisent pas le développement économique.

Quant aux conséquences de la Conférence pour la paix
La gestion problématique de ses résolutions décourage de plus en plus l’espoir et les attentes. La population n’y voit plus grand-chose.


Recommandations


Les participants ont formulé deux recommandations :
  • Que la société civile européenne renforce les capacités de la société civile congolaise (spécialement celle Nord-Kivu) ;
  • Que le Parlement Européen plaide pour que la justice internationale vienne en aide à la justice congolaise.

Les parlementaires seront dans la région jusqu’à lundi puis quitteront le pays pour la réunion de leur parlement prévue la semaine prochaine.

Children’s Voice


_________
La résolution du PE du 17 janvier 2008
« Le Parlement Européen a adopté une résolution appelant la communauté internationale à prendre des mesures contre le développement de la violence sexuelle en République Démocratique du Congo (RDC), qui est décrite comme "la plus grave au monde". »
Résumé
Le texte complet (version provisoire : le texte définitif sera publié à la même adresse)

Mandat des parlementaires

Composition de la délégation du Parlement européen
  1. Jürgen SCHROEDER (PPE-DE, DE), Chef de délégation [PPE-DE signifie: Groupe du Parti populaire européen (Démocrates-chrétiens) et des Démocrates européens]
  2. Alain HUTCHINSON (PSE, BE) - [PSE = Groupe socialiste au Parlement européen]
  3. et Johan VAN HECKE (ADLE, BE) - [Groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe] :

Aucun commentaire:


Children’s Voice, Goma, RDC - http://children-voice.org « Protéger l’enfant à tout prix »