18 septembre 2007

Un message des enfants

Merci beaucoup pour votre dernière contribution, plus encore tout le soutien moral, matériel et financier depuis l’an passé.

Voici un petit message rédigé à la demande des enfants.

Aux enfants de la France,

Nous vous saluons et espérons vous accueillir un jour dans notre pays, quand la situation sécuritaire s’améliorera, bien sûr.
Nous en avons encore l’espoir.

En Amérique ou en Europe, en France ou en République Démocratique du Congo, pauvres ou riches, les enfants sont les mêmes.
Ils aiment la paix et la stabilité.
Ils aiment dessiner, jouer, chanter et s’amuser.
Étudier, manger, être protégé, avoir une bonne santé sont des droits pour tous.

La seule différence entre vous et nous, c’est l’accès.
Ici, c’est la guerre et l’instabilité qui nous font obstacle, et c’est la misère !

Pourtant comme vous, nous avons des projets et des rêves.
Celui qui peut nous soutenir pour les réaliser, au moins en partie, pourra le faire selon ses possibilités et sa générosité.
Si vous ne pouvez pas, ce n’est pas grave, pensez à nous dans ce que vous entreprenez.
Nous ferons de même de notre côté.

Les enfants des centres Virunga et Bujovu

Children’s Voice
Goma, RDC


Note du webmaster
La RDC est l’un des pays les plus pauvres du monde. Moins de la moitié des enfants peuvent aller à l’école car elle est beaucoup trop chère. Au fond de ce pays, dans cette région de Goma en guerre depuis 15 ans, inaccessible entre les volcans et la forêt tropicale, les enfants sont exposés plus qu’ailleurs à la mortalité infantile, aux maladies, à la faim, aux guerriers qui veulent en faire des esclaves. Parmi ces enfants, ceux de Children’s Voice sont encore les plus pauvres. Alors, oui, on peut penser à eux et même leur écrire directement à l'adresse e-mail de CV !

07 septembre 2007

La région est très dangereuse

La région est très dangereuse. La situation préoccupante. Parfois les habitants sont obligés de passer la nuit en dehors de leur maison. À certains moments, il y a des rues ou des quartiers à éviter. Surtout quand les combats semblent approcher la ville.

Hier matin, les femmes membres de Children’s Voice ont rencontré les autorités politiques et militaires pour dénoncer l’insécurité dans la ville de Goma et des arrestations arbitraires et mauvais traitement de certains élèves accusés de tort d’être des partisans des insurgés.

Un aspect de notre travail est de réveiller les autorités pour telle ou telle raison, mais aussi pour notre protection. Les conditions de travail sont difficiles, et parfois impossibles. Mais nous essayons de faire au mieux en sollicitant les autorités.

En même temps les agents de CV sillonnent des écoles pour l’insertion scolaire des orphelins et enfants très pauvres que notre centre ne peut pas prendre en charge pour une scolarisation gratuite, en ce moment ou le gouvernement a promis, pour la première fois, de prendre en charge les enseignants.

Ce soir nous rencontrons John Holmes, le coordonnateur humanitaire des Nations Unies. Espérons avoir des solutions sur certaines préoccupations.

Je file pour une réunion à OCHA.
Christine

Lien : Site de l’OCHA, le Bureau des Nations Unies pour la Coordination des Affaires Humanitaires (voir dans le menu à droite : Crise dans le Nord-Kivu)

03 septembre 2007

Notre budget prévisionnel

Ci joint le tableau des quelques besoins qui permettraient le début des activités des deux centres Virunga et Bujovu sans pour autant compter les frais de formation en métier. J’ai mis la liste avec les prix en USD et en EUROS.

La mention « Prime éducateurs » indique bien qu’il ne s’agit pas de salaire. Car jusqu’à présent (depuis un an à Virunga), ils travaillent comme des volontaires mais reçoivent une prime de transport de 50, 40 ou 100 USD. Nous espérons que nous serons en mesure un jour de payer leur salaire qui varie entre 120 et 200 USD.. Le volontariat en RDC est une chose difficile. La bonne volonté est là. Mais comment peuvent faire les volontaires pour faire vivre leurs familles sans d’autres ressources de revenus ?
Christine


Lien : Budget d’urgence 2007-2008

01 septembre 2007

Un don de l’AFJK à Paris

Dons de l'Association Korczak en France



C’est un soulagement pour la rentrée de septembre.

Nous avons reçu en date du 30 août 2007 la somme de 389 dollars américains équivalents à 300 euros, don accordé par les membres de l’Association française Janusz Korczak pour une assistance au démarrage de des activités d’encadrement de l’année 2007 — 2008 des 500 orphelins et enfants en situation difficile aux Centres pour enfants de VIRUNGA (avec 330 enfants) et de BUJOVU (avec 150 enfants) à Goma.

Je vous remercie sincèrement à l’AFJK pour l’appui que vous avez toujours donné aux enfants de Goma, à notre association et à moi-même. Encore une fois merci pour tout le soutien que vous n’avez cessé de nous offrir. Le travail est énorme et nous avons besoin de tous les hommes et femmes de bonne volonté pour aider les enfants.

Cette année la coordination des deux centres a envisagé de commencer l’alphabétisation des femmes et des filles. Dans ces quartiers pauvres, elles seront en même temps groupées en coopératives pour leur développement pour améliorer la situation de leurs enfants.

Encore une fois merci pour tout.

Christine Musaidizi
La coordinatrice



P.-S. : Nous avons calculé que cet argent paiera la prime des sept éducateurs pour le mois de septembre 2007, l’achat de huit livres et une boîte de craie blanche.

Supplément, ajouté le 5 décembre
Le 3 décembre 2007, nous avons reçu un nouveau don de l'AFJK, d'un montant de 300 euros, soit 424 USD. Pas de nouveau message cette fois, mais un très grand merci pour cette somme qui servira au centre Bujovu, qui n'a pas encore de financement.


Reçus :

Children’s Voice, Goma, RDC - http://children-voice.org « Protéger l’enfant à tout prix »