30 janvier 2007

Les familles d’accueil OEV



Séminaire des familles d’accueil
des Orphelins et autres Enfants Vulnérables (OEV)



Du 26 au 27 janvier 2007 à l’hôtel Ihusi de Goma, 100 membres des familles d’accueil des Orphelins et Enfants Vulnérables (OEV) ont participé à un séminaire de formation sur le développement et la gestion d’un système original de revenus d’appoint, appelé les Activités Génératrices de Revenues (AGR). Le décompte des présents était de 95 femmes et de cinq hommes et 95 % d’entre eux ne savent ni lire ni écrire. La langue du séminaire était le swahili.

Children’s Voice a organisé cette action de formation avec l’appui de l’Unicef, dans le cadre du 3e volet du projet intitulé : « Lutte contre la marginalisation et la stigmatisation des OEV dans la ville de Goma et sur le territoire de Nyiragongo », ses trois volets étant les suivants :
  1. L’identification et le recensement des orphelins (OEV)
  2. Les mécanismes de maintien des OEV dans la scolarisation
  3. L’appui aux familles d’accueil.

L’objectif visé est le renforcement des capacités socio-économiques des familles d’accueil ou des parents survivants les plus vulnérables, avec un but principal et deux objectifs spécifiques.
  • Objectif principal : une meilleure prise en charge des OEV.
  • Objectifs spécifiques :
    • À terme, ces familles doivent pouvoir prendre en charge, de manière autonome, les besoins essentiels des OEV ;
    • À cette fin, elles doivent acquérir des compétences d’épargne, de gestion, de formation professionnelle dans la mise en place de petits projets économiques viables à partir du fonds qui leur sera octroyé.

Les OEV sont confrontés à des difficultés particulières qui ont été décrites et discutées par les participants :
  • Perte des parents et manque d’affection
  • Humiliation et marginalisation
  • Alimentation pauvre et insuffisante
  • Manque des soins de santé primaires
  • Insolvabilité et exclusion de l’école (d’après les enseignants, les OEV sont les enfants les plus insolvables dans les écoles)
  • Habillement pauvre
  • Manque de domicile fixe
  • Exploitation sexuelle et physique

Le séminaire a ensuite permis de développer les six thèmes de formation suivants :
  1. Les activités génératrices de revenus
  2. Le choix de l’activité
  3. La qualité de celui qui fait l’activité
  4. Les stratégies pour attirer et conserver les clients
  5. La fixation des prix
  6. Le cahier du gestionnaire

En troisième partie, les participants ont constitué neuf groupes dits « de solidarité » pour se soutenir et pour permettre un suivi. Chaque groupe a un responsable et un secrétaire. Une fois par semaine, le groupe se réunira pour un partage d’expérience et la discussion des nouvelles orientations. Un rapport sera adressé chaque mois au bureau de Children’s Voice.

Sur le plan financier, un don de 50 USD a été octroyé à chaque famille. Après une évaluation qui sera faite dans deux mois, une seconde et dernière tranche de 50 USD leur sera remise.

Les familles se sont engagées à utiliser ce fonds et le bénéfice qu’elles pourraient en retirer exclusivement dans l’intérêt des orphelins et des enfants vulnérables, pour que ces derniers bénéficient de leurs droits les plus essentiels tels que l’alimentation saine et nutritive, la scolarisation, les soins médicaux, la protection, l’habillement, etc.

Cet engagement des familles est important car elles sont très pauvres et pourraient être tentées de satisfaire bien d’autres besoins.

Children’s Voice,
Goma, janvier 2007.


— Imprimer l'article [PDF 63 Ko, 2 p.]

1 commentaire:

Véronique Baert a dit…

Bonjour,
je viens de parcourir votre blog, m'arrêtant plus longuement sur certains articles.
Plusieurs choses me viennent à l'esprit : je vous trouve extrêmement courageuses, et vraiment formidable ce travail que vous faites, ce travail de fourmi dans un contexte culturel plutôt hostile (je pense en particulier aux enfants dits sorciers) et un désarroi des forces de l'ordre parfois .
L'adresse de votre blog m'a été donné par Mr Lathuilière, de l'association Korczak en France.
Je suis sur l'île de la Réunion, et j'essaie avec notre association Gaïa de participer à promouvoir une éducation respectueuse, et je sais comme il est difficile d'aller à contre-courant de ce qui s'est toujours fait....
Je vous félicite pour toutes vos initiatives et reviendrait régulièrement lire vos articles, soyez-en sûres!


Children’s Voice, Goma, RDC - http://children-voice.org « Protéger l’enfant à tout prix »