07 mai 2006

La journée mondiale de l’enfant Orphelin



Journée Internationale
de l’Enfant Orphelin



Ce dimanche 7 mai 2006, nous commémorons la journée mondiale de l’enfant Orphelin (1). Toutes les ONGs nationales, internationales, les agences onusiennes, les structures étatiques, les Églises, nous nous sommes tous mis ensemble dans la Commission de la protection de l’enfance pour penser à ces enfants, pas seulement orphelins mais aussi vulnérables, sidéens et pauvres. Pour la collecte des fonds, chaque organisation a eu sa tâche. Children’s Voice s’est chargée de trouver des fonds pour les banderoles. Nous avons eu l’appui de la compagnie de communication Celtel et du contingent indien de la Monuc.

Les orphelins sont nombreux dansla ville de Goma, si petite ville qu’elle soit, si bien que ceux que nous avons pu réunir ont représenté les absents : ils étaient 2 400, groupés dans leurs organisations d’encadrement, et ils ont fait une marche d’environ 2 km,depuis le rond-point BDEGL jusqu’à l’Institut Technique de Goma (ITG). Ils avaient entre 3 et 15 ans.

Après la marche spectaculaire, des jeux, des pièces de théâtre, des acrobaties, des danses traditionnelles, des poèmes ont été présentés par des orphelins. Ils ont exprimé leur vie difficile vécue après la mort de leurs parents. Ils ont aussi fait passer des messages de sensibilisation sur le VIH Sida. Tous les mots de circonstances ont invité les autorités présentes, et les hommes de bonne volonté à venir en aide aux orphelins de cette province. Nous remercions d’une façon particulière l’action de l’armée de la Monuc qui a assuré le transport des enfants, la sécurité et le repas de tous les participants (enfants, encadreurs,
invités, organisateurs).






À Goma, au Nord-Kivu, les enfants deviennent orphelins à cause du décès du père, de la mère, parfois des deux parents à cause de la guerre, de la maladie, de tueries et de massacres dans la ville, de manque de soins appropriés, de la misère. Ils sont nombreux à être victimes du sida.

En effet, la situation en matière de pandémie du sida est alarmante. Selon l’ONUSIDA, près de 22 millions de personnes sont mortes du Sida depuis son apparition il y a plus de 20 ans. Au rythme actuel, ce sont plus de 70 millions de personnes qui mourront d’ici 2020 en l’absence d’une mobilisation massive.

Une des conséquences majeures de la croissance de la pandémie est l’augmentation du nombre d’enfants orphelins et/ou affectés par le VIH/Sida. À ce jour, plus de 11 millions d’enfants de moins de 15 ans vivant en Afrique Subsaharienne ont déjà perdu un seul ou leurs deux parents en raison du VIH/Sida.

La République Démocratique du Congo paie un lourd tribut face à cette pandémie puisque l’on estime respectivement, à ce jour, à plus de 930 000 le nombre d’orphelins dus au Sida.

Publié à l’occasion de la XIIe conférence internationale sur le Sida qui s’est tenue à Barcelone en juin 2002, le rapport Children on the brink (Enfants au bord du gouffre) indique (2) que le problème des orphelins du sida, déjà alarmant, va empirer car de plus en plus de parents vont succomber à la maladie. Ainsi, sans changement épidémiologique majeur, on s’attend à ce que le nombre d’orphelins du Sida s’élève à plus de 20 millions en 2010 soit un enfant africain sur deux.


Comptant parmi les plus vulnérables, les enfants sont encore davantage socialement exposés au fléau. Cela est particulièrement vrai en Afrique subsaharienne où il existe peu de systèmes
de soutien social en dehors des familles et où les services sociaux de base sont largement insuffisants. Par ailleurs, les orphelins risquent beaucoup plus que la majorité de leurs pairs de contracter l’infection VIH/Sida. En effet, affectivement vulnérables, ces enfants sont susceptibles de subir des agressions sexuelles et diverses formes d’exploitation, comme la prostitution ou l’esclavage, pour survivre. À ce titre, les fillettes et les adolescentes comptent parmi les premières touchées par les conséquences de la pandémie. En effet, dans la famille recomposée, elles sont amenées à quitter l’école avant les garçons et sont les plus exposées
au manque de soins et aux exploitations multiples.

Outre les difficultés qui apparaissent actuellement du fait du nombre croissant d’orphelins, ce phénomène va susciter, sur le long terme, d’importants changements dans la structuration sociale des communautés. Ainsi, cette forte pression liée au sida remet actuellement en cause les solidarités familiales, l’organisation sociale et les potentialités économiques réduisant brutalement les chances de développement des pays concernés.

Par ailleurs, l’accroissement de la prise en charge d’enfants par la famille élargie, souvent inactive et sans véritables revenus, (les grands-parents ou les personnes âgées) et la multiplication du nombre de ménages dont le chef de famille est un enfant contribuent à compromettre les droits fondamentaux des enfants à l’éducation, à la santé et à la sécurité. Les effets de la maladie puis du décès des parents sur les enfants touchent à la fois les aspects socio-économiques et les aspects psychosociaux.

Les difficultés économiques sont diverses. Elles entraînent l’enfant affecté par le sida dans une spirale d’appauvrissement avec des répercussions qui se ressentiront dans sa vie d’adulte et de futur parent. Lorsque les parents tombent malades, ils ne sont généralement plus en mesure de travailler. Les économies des ménages sont alors utilisées pour payer les traitements. Une logique de survie à court terme se met alors en place qui conduit à un appauvrissement général du foyer. Dans la plupart des cas, les enfants sont contraints à travailler pour compléter les revenus de la famille. Ils assument ainsi précocement la responsabilité de subvenir aux besoins essentiels du ménage avec les risques d’exploitation inhérents. La plupart du temps, ils abandonnent l’école, en premier lieu les petites filles, se privant ainsi de la possibilité d’acquérir des compétences puis un métier.


Au décès des parents, notamment DU père, il n’est pas rare de voir les enfants orphelins spoliés de leur héritage par le reste de la famille. Les difficultés psychosociales laissent entrevoir un lourd impact en termes de confiance en soi et de sécurité affective, renforcé par les nombreuses responsabilités endossées à la mort des parents. Ainsi, ces enfants risquent de se retrouver privés d’une grande partie de leurs potentiels de développement vers une vie adulte épanouie.

Mais en plus du Sida, le conflit en République démocratique du Congo a fait des milliers de morts.

Selon une étude démographique publiée en avril 2003 par le Comité international de secours, plus de 3,3 millions de personnes ont péri en raison de ce conflit. La plupart sont mortes de malnutrition et de maladies qui auraient pu être évitées, engendrées par les déplacements massifs de population et l’effondrement des systèmes économique et de santé du pays.

Cette journée spéciale a servi de cadre d’épanouissement et de partage à ces enfants. Elle a en outre permis de focaliser l’attention du public sur la détresse de ces enfants vulnérables et sans ressources.

C’est la première fois que cette journée a pu être commémorée dans la Province du Nord-Kivu et en RDC.

Children’s Voice,
Goma, novembre 2006.





______________

1. La Journée mondiale des orphelins du SIDA est un événement initié en 2002 par l’AFXB, Association François-Xavier Bagnoud, une ONG dont le siège social est basé en Suisse et qui lutte contre le VIH de manière innovante et avant-gardiste en cherchant des solutions de traitement bon marché pour les personnes atteintes de ce virus. Créée en 1989, elle est présente dans 17 pays dont l'Inde (dans les 35 États et Territoires de l’Union Indienne) et ne cesse d’identifier et d’appliquer des solutions pratiques aux problèmes sociaux, économiques et de santé liés à la pandémie du Sida.

2. Children on the brink 2002, a joint report on orphan estimates and program strategies, Unaids, Usaid, 2002.


- LIENS
Voir le site de l’ONG François-Xavier Bagnoud (impressionnant, tout en Flash, en anglais et en images, qui peut-être long à charger) : http://www.fxb.org

Voir aussi les définitions des mots suivants sur Wikipedia :
- SIDA
- VIH
- Virus

- Imprimer cet article [PDF 11 Ko, 3 p., 1 photo]


Children’s Voice, Goma, RDC - http://children-voice.org « Protéger l’enfant à tout prix »